Trois mois après, les clients réclament l'indemnisation complémentaire de leur préjudice, c'est-à-dire le manque à gagner en plus du remboursement de leur investissement.