Avant la privatisation de la Bourse de Paris, on considérait en effet que l’organisation du marché relevait d’un service public qui ne pouvait sans danger être livré aux règles obscures du commerce et de la concurrence déloyale.